Vous acceptez la transplantation
que se passe-t-il ?


Préparation à la transplantations

Vis-à-vis de la société

La grande majorité du coût des soins de santé qui vous seront prodigués sera pris en charge par la mutuelle à laquelle vous êtes affilié. Il va de soi qu'il faut impérativement être en règle. S'il tel n'est pas le cas, prenez contact avec le service social de votre centre de référence afin de régulariser votre situation. Si vous êtes indépendant et/ou si vous avez souscrit à une assurance complémentaire, relisez vos contrats et interrogez votre assureur pour vous faire préciser l'étendue de votre couverture.

Le fonds régional pour l'intégration sociale et professionnelle des personnes handicapées peut vous aider pour un reclassement professionnel après la transplantation.

L'assurance maladie invalidité prend en charge une partie des soins indispensables à votre réinsertion dans le circuit des non-handicapés. C'est ainsi qu'elle intervient, via votre mutuelle, dans le remboursement des soins médicaux et paramédicaux.

En cas de difficultés socioprofessionnelles majeures, ces deux organismes peuvent aussi vous aider à obtenir certains avantages comme une priorité pour l'obtention d'un logement social, la réduction ou l'exemption de la T.V.A. à l'achat d'une voiture, l'exemption de taxe voiture ou radiotélévision, la réduction d'impôts sur le revenu annuel. Des informations peuvent être obtenues auprès du Ministère de la Prévoyance sociale (Contact center: 0800 987 99). Une expertise médicale par un médecin agréé par le fonds communautaire pour l'intégration sociale et professionnelle sera demandée.

Votre réinsertion dans la société active comprend, selon votre âge, la reprise de votre travail. Si vous êtes "indépendant" et que vous avez conservé votre outil de travail, vous reprendrez bien évidemment vos fonctions endéans les quelques mois qui suivent votre transplantation. Si vous êtes "employé" ou "salarié", il faut savoir que cette reprise du travail est d'autant plus facile que vous avez quitté votre emploi récemment et que vous occupez une place de cadre dans une grande entreprise. Inversement, une absence prolongée (supérieure à 1 an) dans une petite entreprise avec un emploi d'ouvrier rend la reprise du travail plus aléatoire. De plus, certains employeurs ont tendance, parfois à juste titre, à vous éviter des travaux lourds et vous proposeront par exemple un travail de bureau et des horaires réduits (temps partiel !) assortis d'une réduction de votre salaire. Tout ceci peut être discuté avant la transplantation avec votre employeur ou avec le service social et le médecin du travail attaché à votre entreprise.


Dernières modifications : 26 février 2014