Vous acceptez la transplantation
que se passe-t-il ?


Préparation à la transplantations

Aspects pratiques

L'indication d'une transplantation étant posée, comment vous préparer à l'intervention, comment attendre ?

Proposez à votre médecin généraliste de lire ce vade-mecum et demandez-lui de vous aider à comprendre les implications de votre transplantation. Lors de vos visites à l’hôpital, faites-vous préciser les points qui vous paraissent difficiles par les médecins de l’équipe de transplantation.

Par ailleurs, assistants sociaux, infirmiers, kinésithérapeutes et psychologues peuvent, par leur expérience et selon leur spécificité, vous aider à assumer une attente parfois longue et contribuer à réduire votre anxiété. N'hésitez pas à contacter ces différentes personnes dans votre centre de référence.

Enfin, des contacts arrangés avec des patients transplantés, membres de l'ANGCP, peuvent encore contribuer à faciliter votre attente.

Le plus souvent, vous attendrez la transplantation chez vous, attendant l'appel téléphonique de la coordination annonçant l'imminence de l'opération. Ceci vous permet une relative autonomie et certains déplacements nécessaires à votre équilibre.

Pendant cette période, vous restez sous la surveillance de votre médecin généraliste, épaulé par votre cardiologue ou votre pneumologue. Vous serez en outre régulièrement convoqué en consultation par l'équipe de transplantation.

Certains patients, arrivés au stade ultime de l'évolution de leur maladie attendront soit dans l'unité de chirurgie, soit quand leur situation est plus précaire encore, dans une unité de soins intensifs attachée à l’unité de transplantation cardio-pulmonaire.

Vous devez arriver à la transplantation en "aussi bonne santé que possible"! Ceci suppose une observation stricte du traitement médical instauré sous la surveillance de votre médecin généraliste et de votre cardiologue ou pneumologue.

Si vous êtes encore fumeur, il est grand temps de mettre définitivement fin à cette dépendance. Si vous souffrez d'un excès pondéral, tentez de le réduire. Par ailleurs, vous devez limiter les risques d'infections qui vous écarteraient momentanément de la liste d'attente de transplantation.

A ce titre, un examen attentif de votre dentition vous sera imposé et les dents suspectes d'être des foyers d'infection seront impérativement éliminées.

Enfin, du point de vue physique, restez dans la mesure du possible actif. Des exercices respiratoires, une mobilisation systématique de vos membres (assouplissement) et la marche entretiennent vos articulations et vos muscles. Votre kinésithérapeute peut vous aider ! Si votre état le permet, faites une promenade quotidienne à l'extérieur. Enfin, entretenez votre moral en gardant le contact avec vos connaissances et amis.

Soyez toujours prêt à répondre à l'appel de votre portable ou de votre téléphone fixe. On vous précisera le degré d'urgence... ne prenez aucun risque en vous précipitant. Vous ne pouvez plus ni boire ni manger quoi que ce soit.

Prévoyez éventuellement un voisin complaisant pour vous conduire à l'hôpital ou, si nécessaire, contactez votre mutuelle pour assurer votre transport. Votre valise contenant un minimum (nécessaire de toilette et papiers de mutuelles !) doit être prête. Elle servira essentiellement à la personne qui vous accompagne pour ramener à la maison vos vêtements, montres et papiers d'identité qui ne sont d'aucune utilité pendant votre séjour en unité de soins intensifs.


Dernières modifications : 26 février 2014