Kinésithérapie et transplantation


Une version développée destinée aux kinésithérapeutes
pour ce chapître du "Vademecum du transplanté cardiaque et pulmonaire" est disponible.

Entraînement à domicile

Pour ceux qui n’ont pas l’opportunité d’être pris en charge dans un centre de revalidation, un entraînement physique efficace peut être organisé à domicile avec l’aide, au départ, d’un kinésithérapeute compétent en matière de réentraînement physique.

Une bicyclette ergométrique stable, correctement calibrée permettra un travail semblable à celui décrit à la page 66. On peut trouver des bicyclettes correctes pour ± 400€. Faites vous conseiller par votre kinésithérapeute.

Pour l’ajustement des charges, on se basera idéalement sur une épreuve d’effort pratiquée dans le centre de transplantation. Celle-ci se fera idéalement vers le 3e mois postopératoire. Sinon, l’évaluation de l’essoufflement évalué par la parole est un excellent critère (cf. Surveillance).

La surveillance du pouls (fréquencemètre) n'est certes pas indispensable, mais peut aider à la bonne conduite de l’entraînement. Un bon fréquencemètre avec électrodes pectorales peut se trouver à partir de 60 €.

Votre kinésithérapeute vous indiquera alors les fréquences cardiaques cibles, celle qu'il faut atteindre pour améliorer sa condition physique et celle qu'il ne faut pas dépasser si l'on veut rester raisonnable.

Pédaler une demi-heure (10 km) avec une résistance faible entretient éventuellement les articulations de vos jambes, mais n’améliore pas la musculature de vos jambes... vous n’améliorerez donc pas votre capacité physique.

La marche à l’extérieur peut être conçue comme un véritable entraînement si elle est pratiquée régulièrement et à une vitesse suffisante pour solliciter le système cardio-respiratoire à plus de 50 % des capacités maximales. La petite promenade de 15 minutes au pas de sénateur n’a pas d’effet d’entraînement.

Commencez par des marches de 1 à 2 km, 5 fois par semaine, à une vitesse qui vous permette de couvrir le km entre 10 et 15 minutes (4 à 6 km/h) voire plus (3 km/h) selon votre condition physique de départ. Votre vitesse de croisière doit être telle que vous puissiez parler avec votre partenaire de marche (pas d'essoufflement important).

Toutes les 2 semaines, augmentez la distance sans augmenter votre vitesse de croisière. L'objectif est d'être capable de marcher, sans inconvénient, entre 30 minutes et 1 heure 4 à 5 fois par semaine.

Six à huit semaines après le début de l'entraînement, augmentez progressivement votre vitesse de marche de façon à gagner quelques minutes sur le parcours. Vous pouvez par exemple accélérer pendant une minute sur cinq, puis deux sur cinq, trois sur cinq, quatre sur cinq et finalement être capable après quelques nouvelles semaines d'entraînement de maintenir une vitesse de croisière plus rapide de 1 km/h.

Enfin, si l’on peut difficilement s’offrir des machines de musculations à domicile, on peut néanmoins faire du renforcement musculaire efficace. Rappelons que le couple quadriceps/ischio-jambiers (cuisse/fesse) peut être travaillé en montant les escaliers (au début, une marche à la fois et ensuite deux marches à la fois) ou en faisant des séries de flexions/extensions des jambes (partielles et puis totales). Trois à cinq séries de 10 mouvements complets sont recommandées.


Dernières modifications : 6 mars 2014