Historique


La transplantation cardiaque

Les premières transplantations expérimentales ORTHOTOPIQUES, c'est-à-dire implantation d’un nouveau cœur en lieu et place de l'ancien, chez le chien, remontent aux années 1958-1960. L'examen histologique des greffons après décès des animaux permet les premières études du rejet du greffon. Parmi ces équipes, on retrouve Lower et Shumway de l'université de Stanford, Etats-Unis, qui seront les vrais pères de la transplantation cardiaque humaine. En 1964, le Dr Hardy transplante le cœur d'un chimpanzé sur un homme dont la situation clinique est désespérée. Si l'opération ne fut pas couronnée de succès, elle ouvre néanmoins la porte à la transplantation cardiaque humaine.

La substitution, chez l'homme, d'un cœur définitivement défectueux par un cœur en bon état, prélevé sur un patient cliniquement décédé, a été réalisée la première fois avec succès, au Cap, en Afrique du Sud, par C. Barnard en décembre 1967. Le receveur, Louis Washkansky, 54 ans, survivra 18 jours à son intervention. La technique appliquée était celle mise au point par Lower et Shumway et assurait l'implantation ORTHOTOPIQUE du greffon.

Le Pr N. Shumway, devancé par son élève pour des raisons d'éthique, réalisait en janvier 1968 sa première transplantation sur l'homme suivi bien vite par différentes équipes dans le monde: 102 transplantations dans 17 centres pour cette seule année 1968. Ainsi, l'équipe de C. Cabrol à Paris réalisait la première greffe cardiaque européenne. En 1973, le Professeur G. Primo réalisait la première greffe cardiaque belge ; Hortense Vrancken vivra six mois et demi.

Les résultats plutôt décevants freinèrent rapidement cet engouement pour une thérapeutique où l'acte chirurgical s'avérait de loin être plus aisé et abordable que le maintien en vie à long terme du patient. En effet, les moyens de lutte contre le rejet et les conséquences de l'utilisation de ces moyens (sensibilité aux infections) s'avérèrent un domaine bien difficile à maîtriser.

La survie à 5 ans, dans l'expérience de Stanford (numéro 1 mondial de la transplantation cardiaque) entre 1968 et 1975 (92 patients) était de ± 20 %. Elle doublera entre 1975 et 1981 grâce à une meilleure sélection des patients receveurs et à un meilleur suivi postopératoire (introduction des biopsies endomyocardiques.)

Biopsies endomyocardiques

La biopsie endomyocardique est utilisée depuis 1972 pour le dépistage précoce des rejets cardiaques après transplantation.

Il s'agit de prélever, à l'aide d'une pince à biopsie (bioptome), plusieurs fragments de tissu musculaire cardiaque. Pour des raisons de simplicité technique, le prélèvement se fait dans le ventricule droit. Les fragments prélevés sont millimétriques et le prélèvement n'altère en rien l'épaisseur et la qualité du muscle cardiaque.

La ponction, après anesthésie locale, est habituellement faite au-dessus de la clavicule droite et cherche la veine jugulaire. Le cathéter, muni du bioptome est descendu progressivement jusqu'à la veine cave supérieure, l'oreillette droite et finalement le ventricule droit où plusieurs fragments sont prélevés.

En fin d'examen, après retrait du bioptome et de son guide, une compression manuelle évite la formation d'un hématome du cou.

L'introduction, en 1980, de la ciclosporine dans le traitement immunosuppresseur améliorera encore la survie des transplantés et augmentera le recours à cette thérapeutique radicale de la défaillance cardiaque irréversible.

A partir de 1981, le nombre de transplantations réalisées par année sera continuellement croissant pour dépasser les 3.000 transplantations en 1990.

En Belgique, la transplantation cardiaque prendra son véritable essor au service de chirurgie cardiaque de l'Hôpital Erasme, U.L.B., fin 1981, sous l'impulsion du Professeur Georges Primo. Ses succès encourageront d'autres chirurgiens belges de sorte qu'actuellement, on transplante aux Cliniques de Saint-Luc (Université Catholique de Louvain), au Centre Hospitalier Universitaire de Liège, au Gasthuisberg (Katholieke Universiteit van Leuven), à l'Universiteit Ziekenhuis van Gent, à Aalst...


Dernières modifications : 26 février 2014