L'aspect financier de la transplantation


Il est difficile de budgétiser une transplantation dans la mesure ou de nombreux paramètres interviennent dans le coût de la procédure: sans être exhaustif, relevons la localisation du donneur, la durée du séjour et plus particulièrement la durée du séjour en soins intensifs, les éventuelles complications et le cortège d'examens qu'elles imposeront, le coût des traitements et du suivi au long cours après la transplantation. Il faut également tenir compte du statut du patient vis-à-vis de la sécurité sociale et d'une éventuelle assurance hospitalisation.

La période prétransplantation

Le coût de la semaine d'hospitalisation pour la mise au point varie en fonction du régime de chambre choisi: chambre commune, chambre à deux lits ou chambre privée.

Les examens indispensables à l'établissement de votre bilan d'évaluation sont pris en charge par la sécurité sociale de notre pays pour autant que vous soyez affilié à une mutuelle.

Tout au long de la période d'attente, vous devrez être suivi de près par votre médecin généraliste, épaulé par votre cardiologue. Quelques visites de l'équipe médico-chirurgicale de transplantation sont également à prévoir. Enfin, quelques patients seront contraints à une ou plusieurs hospitalisations imposées par leur évolution clinique.

top

La transplantation et le séjour à l'hôpital

Doivent être pris en compte, l'intervention de prélèvement du greffon et son éventuel transport (voiture, hélicoptère, avion), l'intervention de transplantation proprement dite, la durée de votre séjour à l'unité de soins intensifs et en unité d'hospitalisation de chirurgie cardiaque ou pulmonaire, les différents soins reçus (médicaments, pansements, kinésithérapie), les consultations de différents spécialistes (cardiologue, pneumologue, dermatologue, infectiologue, néphrologue, rhumatologue) qui seront éventuellement appelés à votre chevet et les examens nombreux nécessaires à votre surveillance et à l'affinement de votre traitement.

Le coût global sera fonction de votre choix concernant votre chambre, des options thérapeutiques du centre de référence et de la politique financière de l'institution à laquelle vous vous êtes adressé.

La couverture par la sécurité sociale belge est telle que vous aurez à supporter personnellement plus ou moins 10 % du coût total des frais susmentionnés si vous avez opté pour le choix d'une chambre commune.

Le service social de votre centre de référence peut vous aider à négocier un paiement fractionné de votre quote-part si nécessaire.

Une hospitalisation longue grève encore le budget familial par le coût des frais de déplacement de votre famille et l'éventuel séjour en maison d'accueil de votre conjoint.

Si vous n'êtes pas couvert par la sécurité sociale belge ou si vous êtes ressortissant d'un pays n'ayant pas de convention avec la Belgique en matière de sécurité sociale, une évaluation des frais d'hospitalisation vous sera communiquée afin de vous informer des mesures financières à prendre.

top

Le suivi postopératoire

Le suivi postopératoire comprend les consultations nombreuses (± 30 la première année) auprès de l'équipe médico-chirurgicale du centre de référence, les examens (prises de sang, échographies cardiaques, biopsies endomyocardiques et autres ...), les médicaments et l'ensemble du processus de réadaptation.

Annuellement, une série d'examens complémentaires seront effectués pour l'évaluation de la qualité de votre greffon. Une courte hospitalisation sera le plus souvent programmée.


Dernières modifications : 6 mars 2014