Transplantation
et suivi en unité de soins intensifs


Complications postopératoires

La première complication propre à la transplantation cardiaque est d'ordre hémodynamique: le risque de défaillance du greffon implanté s'explique par l'importance des résistances vasculaires tant pulmonaires que périphériques qu'il doit vaincre, et ce dans un contexte de post-ischémie froide (cf. Prélèvement du greffon) de plus ou moins longue durée. Ainsi, le ventricule droit doit faire face à des résistances pulmonaires parfois doublées par rapport aux normes.

En transplantation pulmonaire, les suites opératoires peuvent être compliquées par un oedème de reperfusion du ou des poumons transplantés. Cet oedème ou accumulation d’eau dans les tissus pulmonaires rend difficile le travail respiratoire et l’oxygénation du sang. Enfin, quelques transplantés pulmonaires feront une pneumonie bactérienne.

Le rejet du greffon et les risques de problèmes infectieux, majorés par le traitement immunosuppresseur, font partie de la routine des complications postopératoires de n'importe quelle transplantation d'organe.


Dernières modifications : 26 février 2014