Transplantation et infections


Pourquoi la vaccination

La vaccination consiste à mettre notre système immunitaire (en fait, les globules blancs dont le rôle principal est l'élimination des corps étrangers) en contact avec une variante morte ou atténuée de l'agent pathogène.

Le vaccin est trop faible pour infecter, mais suffisant pour provoquer la réaction de notre système immunitaire qui fabriquera les anticorps nécessaires à la maîtrise du "pseudo-agresseur". Ce premier contact avec un agresseur inoffensif à l'avantage de renseigner notre système immunitaire sur la nature de cet agresseur et sur le moyen de le combattre, moyen qui est "mémorisé" de telle sorte que lors d'un contact avec le germe pathogène réel, la réponse sera immédiatement efficace et permettra donc de "tuer dans l'oeuf" le risque infectieux.

Le procédé de fabrication du vaccin peut soit atténuer le germe pathogène (le germe pathogène est tellement affaibli qu'’il est incapable de se multiplier, ce qui exclut tout risque d'infection chez une personne non immunodéprimée, mais est contre-indiqué chez le transplanté, immunodéprimé par les médicaments antirejets), soit tuer le germe pathogène, soit utiliser une fraction du germe pathogène comme vaccin (fragments de paroi de la bactérie, protéines de surface) soit encore être obtenus par génie génétique.


Dernières modifications : 10 mars 2014