Réadaptation physique et Transplantation


Habituellement, nous recommandons au patient un mois de transition entre la sortie de l'hôpital après la transplantation et l'initiation du programme d'entraînement physique.

Un meilleur sommeil, une alimentation plus attrayante, la poursuite des exercices respiratoires et autres appris durant le séjour à l'hôpital et des promenades quotidiennes progressivement plus longues suffiront à retrouver le niveau de forme suffisant pour aborder avec confiance le programme de réadaptation physique proprement dit.

Que ce soit en centre de réadaptation ou non, celui-ci se définit par la fréquence et le rythme des séances, la durée des séances et du programme, les modalités d'effort utilisées et l'intensité de ces efforts.
(cf. programme d'entraînement).

Une fréquence d'entraînement de 3 séances par semaine (un jour sur deux) d'une durée moyenne de 60 minutes est recommandée. C'est le rythme habituellement proposé par les centres de réadaptation cardiaque agréés qui peuvent accueillir plusieurs patients simultanément.

En cabinet, la durée moyenne d'une séance individuelle de kinésithérapie est de 30 minutes. Le rôle du kinésithérapeute sera alors d'initier progressivement le patient aux modalités d'entraînement, à la tenue d'un dossier d'entraînement et d'assurer à distance la supervision du programme.

Les rencontres régulières avec le patient entretiendront la motivation et permettront les indispensables évaluations et ajustements nécessaires à la poursuite d'un programme optimal.

Le programme devrait s'étaler sur un minimum de 6 mois et idéalement couvrir la première année post-transplantation.

Une séance d'entraînement proposera des exercices développant l'endurance (bicyclette ergométrique et marche, machine à ramer éventuellement) et des exercices développant la puissance des grands groupes musculaires (haltères, exercices de musculation) et des exercices d'assouplissement.


Dernières modifications : 10 mars 2014