Conditions climatiques et entraînement


Il importe de tenir compte des conditions climatiques ambiantes dans lesquelles l'activité physique (marche) est pratiquée

Ambiance chaude

Rappelons que l'activité physique est génératrice de chaleur. Cette chaleur produite est éliminée par le système cardio-vasculaire d'une part et surtout par l'évaporation d'eau au niveau de la peau (sueur) et au niveau des voies respiratoires.

Le sang joue le rôle de liquide de refroidissement dans la mesure où il peut transporter la chaleur du lieu de production (muscles) vers le lieu de déperdition (peau) parce qu'une partie du débit cardiaque est dérivée vers la peau. La vasodilatation cutanée augmente en effet la surface d'échange thermique disponible entre le sang et l'air ambiant. La température de l'air ambiant et son renouvellement à la surface de la peau (rôle du vent!) détermineront l'efficacité du refroidissement à ce niveau.

Pendant un effort, le débit cardiaque doit se partager entre les muscles avides d'oxygène et la peau. Un effort de faible ou moyenne intensité nécessitera donc un débit cardiaque et donc une fréquence cardiaque plus importants dans un environnement chaud que dans un environnement neutre (+ 18°C).

Le degré hygrométrique de l'air est également très important. Transpirer n'est pas évaporer, or c'est l'évaporation de la sueur qui permet de perdre de la chaleur. Dans un air humide, saturé en vapeur d'eau, l'évaporation et donc la perte de chaleur sont impossibles.

Chaleur et humidité peuvent rendre dangereuse une pratique sportive même légère puisque ces paramètres contrecarrent l'évaporation de la sueur et peuvent entraîner une hyperthermie.


Dernières modifications : 10 mars 2014