Robert Ingels

Chers Amis,

Je voudrais commencer l'année en vous présentant mes meilleurs vœux et en vous souhaitant une excellente santé. Après la démission en octobre 1986, de notre premier président Jean De Munck et après beaucoup d'hésitations et beaucoup d'insistance de la part des autres membres de notre association, j'ai posé ma candidature à la présidence.

Pendant l'assemblée générale du 13 décembre 1986, j'ai été élu à l'unanimité. Je vous remercie de votre confiance et j'espère vous être utile, ce qui ne sera possible qu'avec votre collaboration à vous tous. Seul, la tâche m'est inconcevable.

Robert Ingels

Je m'appelle Robert Ingels et ma profession est capitaine de port à Anvers. Fin novembre 1985, je fis un infarctus sérieux. Après un mois à l'hôpital, ma femme a été mise au courant du fait que je n'atteindrais pas Pâques 1986. Le cardiologue traitant me raconta qu'il y avait encore une possibilité de survie; une greffe! Stupéfaction et incrédulité! Je ne savais pas que de telles opérations étaient effectuées en Belgique.

Après un examen médical approfondi à l'hôpital Erasme, le professeur Primo m'informa que j'étais candidat à une greffe. Des sentiments d'angoisse, d'étonnement, de doute et de désespoir m'envahissaient. Mais ils étaient de courte durée.

Je reçus la visite de "collègues" transplantés quatre ans auparavant qui semblaient jouir d'une excellente santé et d'une bonne condition physique. Ma seule pensée à ce moment là était : "Après tout, si l'opération avait réussi chez eux, pourquoi pas chez moi?". Je repris courage pour affronter cette épreuve. Le 3 mars 1986, le sort en était jeté. Je reçus un nouveau cœur et quatre jours après, je faisais déjà mes premiers exercices de gymnastique à côté de mon lit.

Incroyable mais vrai !

Je tiens à remercier une fois de plus les professeurs Primo et Le clerc et toute l'équipe des chirurgiens cardiaques ainsi que tout le personnel soignant du département chirurgie cardiaque, de cette nouvelle vie qui m'a été donnée. Grâce à leur compétence et leur dévouement ininterrompu, je peux écrire ces mots. J'ai vraiment été mis sous globe, comme tous les autres patients d'ailleurs, ce qui a accéléré ma guérison. Cinq semaines après l'opération, je pouvais déjà rentrer chez moi. Quelques mois plus tard, j'ai repris mon travail comme chef du service communal de remorquage à Anvers. En ce qui concerne notre association de greffés cardiaques, je tiens à accentuer qu'il nous reste encore beaucoup de travail et d'efforts à faire.

Le but de notre association est stipulé dans nos statuts. Cette tâche est plus importante que nous ne le croyons. Le départ a été donné, il suffit de continuer dans la même direction. Sensibiliser notre entourage aux dons d'organes est un devoir important. Le recrutement de membres pour notre association est nécessaire. De bonnes finances nous donnent la possibilité de mieux rendre service à ceux qui en ont vraiment besoin. Pour terminer : contactez toujours les membres du comité de l'association si vous voulez prendre des initiatives pour les greffés (par ex. : conférences, idées utiles, soirées d'information, etc.). Une bonne connaissance de la matière est nécessaire et toute aide est la bienvenue.

Robert Ingels, président
Journal de l'ANGC n° 5, janvier 1987