Campagne 1998

ET SI VOUS EN PARLIEZ AVANT ?

Les questions les plus souvent entendues par une équipe médicale lors d’une demande de prélèvement d'organes en vue d'une transplantation sont reprises par une famille confrontée à une situation de réalité, le décès d’un proche.

Spot visible uniquement avec Windows Media Player
Patientez quelques secondes... le temps de chargement dépend de votre connexion Internet


Est-ce
qu'il n'y a plus rien
à faire ?

Ne peut-on pas attendre
une heure ou deux ?

Est-ce qu’il
aurait été d’accord ? "

Si on en avait
parlé auparavant,
ce serait plus facile.

La diffusion du spot avait trois objectifs :

  • A court terme, provoquer la demande de renseignements, notamment par l’envoi d’un dépliant.
  • A moyen terme, faire en sorte que le plus grand nombre de personnes prenne position avant que la demande de prélèvements d’organes (lors d’un décès) ne soit présentée.
  • A long terme, faire du don d’organes et de tissus un réflexe normal et pratiquement général

Dans la 2e partie du spot, on découvre que le don d’organes fait vivre aujourd’hui en Belgique plus de 10.000 personnes.
Sans ce don, ces personnes ne jouiraient pas de la même qualité de vie ou seraient décédées.

Un numéro de téléphone gratuit figurant dans le spot permettait aux auditeurs et aux téléspectateurs d’obtenir le dépliant.

Ce numéro de téléphone n'est évidemment plus valide !
Le gouvernement de la Communauté française est le seul à offrir une diffusion gratuite pour des spots relatifs à la santé. Il ne nous était pas possible de réunir des fonds suffisants pour payer la même diffusion dans la partie flamande du pays.